Pour lire le texte franηais, svp, utilisez Windows 1250; Windows 1252

ACADEMIE BULGARE DES SCIENCES INSTITUT D'ETUDES BALKANIQUES ETUDES BALKANIQUES, N° 2, 1992

Georgi Vasilev

LES INNOVATIONS BOGOMILES ET LA PROTORENAISSANCE ITALIENNE. (IL DUECENTO)

 "Le temps dort, sourit-il en son вme. On dirait les eaux du lac d'un barrage.  Quand dйtruira-t-on le barrage et qu'est-ce qu'il arrivera alors?"

Stephane Guetchev. Le Pont, 1983

              

En pйnйtrant en Occident les idйes bogomiles stimulent le dйveloppement de la pensйe philosophique et sociale de l'Europe mйdiйvale1. Il y a des suppositions que les hйrйsies font parti du contexte de la "renaissance du XIIe siиcle" — la premiиre re-vivification intellectuelle du Moyen вge2.

Depuis longtemps les historiens et les hommes de lettres bulgares cherchent des preuves en faveur des contacts directs entre le bogomilisme et la Renaissance. Citons la formule de Vladimir Topencarov, d'aprиs laquelle le bogomilisme est une "antici-pation populaire prйcoce de l'humanisme europйen"3. Nous pouvons y ajouter le tra-vail soignй d'Ivan Sismanov qui est le premier а signaler la rйalitй ,,des villages bogomilo-italiens": ,,En Italie d'aujourd'hui, surtout dans la rйgion de Toscana, il y a tout un nombre des villages Bulgara, Bulgare, Buighero, Buigheri, Borgaro, Borgherio, Borgaria, Bulgarello, Borgarello. La plupart d'eux sont voisins de la ville natale de Dante"4.

Une autre vue йlargie nous propose le. slaviste Vjaceslav Zajcev. Selon lui, en atti-rant l'attention sur l'homme, le qualifiant comme couronne de la crйation (contraire-ment а la thйologie officielle qui le considйrait comme un ver auprиs de l'њuvre de Dieu), les bogomiles lui attribuaient une place spйciale. Ils avaient pressenti l'un des points de dйpart de l'humanisme — la valeur absolue de la vie rйelle, ils respectaient ,,le droit de l'homme de possйder son propre monde spirituel et intellectuel"6.

Les prйdispositions des bogomiles pour une organisation sociale nouvelle confйraient aux humbles la confiance qu'ils pouvaient suivre un mode de vivre а leur choix;

qu'ils pouvaient crйer, pas а pas, une communautй diffйrente du model fйodal et religieux (l'ordre instaurй par Satan, le Dieu mauvais). Ces idйes, venues en Italie, trou-

--------------------------

1 Ангелов, Д. Богомилството в България. С., 1969, с.. 531.

2 Hиколов, Й. Epecите в Западна Европа XII-XIIIвек. София, 1989, c. 8.

3 Топенчаров, В. Разпространение на богомилството. "Първи международен конгрес по българистика (Доклади, кръгли маси). София, 1982, с.21

4 Шишманов, И. Литературна история на Възраждането в Италия. София, 1934, с.119.

5 Зайцев, В. Богомильское движение и общественная жизнъ Северной Италии эпохи Дуэченто. Минск, 1967, с.

67


valent des conditions sociales et culturelles plus dйveloppйes et .produisaient un rйsultat de qualitй nouvelle: mкme altйrйes, elles ont servi d'йlйment de base dans la culture de la Protorenaissance"6. V. Zajcev pense que ,,le programme rйvolutionnaire des bogo-miles bulgares s'йtait matйrialisй jusqu'а un certain degrй dans l'insurrection de Dol-cino, certes enrichi par la pratique des cathares et des patarins italiens"7.

Aprиs la mort du chef de la secte des Frиres apostoliques Segarelli (mort sur le bы-cher en l'an 1301), Dolcino reprend la direction tout en prкchant la pauvretй aposto-lique et l'usage commun des biens, l'arrivйe du royaume de la. justice. Il engage une vraie guйrie contre l'Eglise dans le but de la priver de la richesse, de dйtrфner le pape, de tuer les curйs et les moines qui se sont enlisйs dans ie vie" et la corruption. Sa vision d'un ordre social changй correspond au langage du temps: la paix serait йtablie entre les chrй-tiens, ils vivront dans un йtat de pauvretй apostolique, d'йgalitй et de fraternitй , un pape honnкte doit venir8.

Dolcino entreprend la lutte armйe en l'an 1304, aprиs avoir visitй la Dalmatie oщ il fait connaissance avec les bogomiles de cette rйgion, connus aussi sous le nom de pa-tarins.

C'est un lien important entre des йvйnements de la vie politique italienne de ce temps et le bogomilisme. Il est mentionnй par une interprйtation naпve dans une chro-nique postйrieure de Fassola (lb72) et dans une bulle du pape Clйment V, datant de l'an 1307". Ce fait est discutй dans les travaux des historiens italiens. Nous allons attirer l'attention du lecteur sur deux points de vue. A. Segarizzi exprime des doutes au sujet de la relation Dolcino — cathares1", tandis qu'un siиcle auparavant son collиgue Baggiolini insiste que Dolcino a йtй disciple, de l'йcole hйrйtique, pleine d'erreurs ,,des albigeois, autrement dit, des patarins. Cette йcole naquit en Bulgarie oщ ils avaient йlu un pape faux au nom de Bartolomйo et elle s'est rйpandue en Hongrie, en Autriche, en Italie, ainsi qu'en France. Il est certain que dans ce dernier royaume, elle trouva une protection forte et des adhйrents encore plus indomptables"".

Les insurgйs, а peu prиs 5000 personnes, quelques-uns venus de Suisse et d'Autri-che (un signe d'internationalisation primaire de ce type de conflits), mиnent une lutte rйussie pendant trois ans. Dans les tйmoignages du clergй effrayй, la rйvolte est traitйe comme un danger grave. Clйment V, les inquisiteurs de la Lombardie et l'йvкque de Vercelli ont organisй une sorte de croisade interne contre Dolcino. Enfin, pendant l'hi-ver de l'an 1307, ils ont rйussi de le mettre en йtat de siиge. Le froid et la faim ont con-traint les rebelles de se rendre. La plupart d'eux ont йtй exterminйs. Marguerite, la bien-aimйc de Dolcino, a йtй nise en piиces et puis brыlйe. Il a йtй tuй suivant le mкme procйdй.

La cruautй de l'exйcution n'a pas effacй le souvenir de la rйvolte. Il est comprйhen-sible que la lutte de Dolcino fыt une utopie, mais une utopie vivante durant quatre annйes

-------------------

6 Ibidem, p. 46.

7 Ibidem, p. 42.

8 Cf. Les lettres de Dolcino in: G u i. B. Manuel de l'inquisiteur. II. Paris, 1926, p. 83

9Segarizzi, A. Prefazione (p. XVIII, nota 17) de Rerum italicarum scriptorces (Muratori). T. IX, part. V. Ed. Citta di Castello, M. DCCCCVII. Historia fratris Dulcini heresiarche. La bulle de Clйment V est reproduite а la page 49.

10 Ibidem, p. XLIX. On peut remarquer une certaine contradiction dans l'opinion de Segarizzi. En niant le lien Dolcino — cathares, en mкme temps, il insиre non seulement 1a chronique de Fassola mais dйsigne encore une chronique de la bibliothиque Ambrosienne oщ on lit: "Explicit liber fratris Dolcini haeresiarchae, gazzarorum haereticorum conductoris". Les gazzari est une dйnomination italienne des cathares.

11 B a g g i o 1 i n i, G. Dolcino e i patareni. Novara, 1837, p.p.33-34. L o m b a r d, A. est du mкme avis (Pauliciens, Bulgares et Bonshommes en Orient et en Occident. Pans, 1879, p. 230). Sans кtre complиtement persuadй de la filiation immйdiate entre le catharisme et Dolcino, C. Schmidt souligne 1 'importance de l'exil de l'hйrйsiarque en Dalmatie de la maniиre suivante: ,"il (ban Miladin) avait mi intйrкt de s'appuyer sur les adversaires de l'Eglise; le nombre de ceux-ci avait йtй augmentй des les premiиres annйes du siиcle par Dolcino et ses sectateurs qui, chassйs de l'Italie, avaient trouvй un asile en Dalmatie" (S c hm i d t, C. Histoire et doctrine de la secte des cathares ou albigeois. I. Paris-Genиve, 1849, p. 125). Arnaido Segarizzi йvoque ce passage.

68


 

nйes, qui allait trouver une rйsonance dans l'esprit crйatif et inquiet de Dante. Dans son Enfer, chant XXVIII, le poиte rend hommage а Dolcino par la bouche de Mahomet:

,,0r donc, dis а frиre Dolcino, toi, qui, dans peu, verras peut-кtre le soleil, dis-lui, s'il ne veut pas me rejoindre ici bientфt, qu'il se pourvoie de vivres, afin que la neige en tombant n'apporte pas la victoire au Navarrois, car autrement il ne serait pas facile а celui-ci de la vaincre"12. Cette attitude a йtй commentйe par plusieurs auteurs italiens et elle nous renvoie vers une autre trace importante: la prйsence des thиmes bogo-milo-cathares dans l'њuvre du grand Florentin.

Les apocryphes bogomiles et Dante

Regardons de prиs certains fragments. En II convivo sont mentionnйs les rangs an-gйliques qui sont destituйs aprиs leur crйation. Le genre humain aurait йtй crйй pour les remplacer. Des anges qui retournent au Ciel apparaissent encore en Vita nuova1''''. Ces passages ne sont qu'un reflet de la lйgende bogomile d'aprиs laquelle,,Satan avait entraоnй par sa queue un tierce des anges aprиs quoi il a йtй jetй dehors du siиge de Dieu et dehors de l'administration des Cieux"14. Une autre variante de ce thиme dit que ,,les вmes humaines sont des diables, chassйs du Ciel. Aprиs avoir subi leur pйnitence dans les corps humains, les вmes, l'une aprиs l'autre, retournent au Ciel"10. L'histoire des anges dйchus obtient un aspect majeur an chant XXXIV de l'Enfer.

Lucifer, ,,s'il a йtй si beau autrefois", а l'heure du sйjour aux Cieux, prиs du siиge de Dieu, maintenant empereur ,,du royaume des douleurs", gоt dans la glace de Cocyte. Cet abоme s'est formй sous la chute de Lucifer, vaincu par l'archange Michel. Un apocryphe des bogomiles bulgares, publiй sous le titre Parole de Jean Crysostome comment Michel a vaincu Satanael dйcrit cette dйfaite et la prйcipitation16. C'est-а-dire la construction de l'Enfer de Dante imite, la cosmogonie bogomile ou coпncide avec elle. Nous arrivons a une rйfйrence assez directe de Dante, visant l'apocryphe La vision de l'apфtre Paul qui йtait йlevй par l'ange du troisiиme Ciel. Tout au dйbut, le poиte se sent indigne de suivre Virgile et lui rйpond modestement: ..Mais moi, pourquoi y viendrais-je ou qui me le premettrait? Je ne suis pas Enйe, je ne suis pas saint Paul, je ne suis pas digne d'une telle faveur, ni а mes yeux ni а ceux des autres" (Enfer, chant //).

La bonne connaissance du poиte de cet apocryphe est constatйe par Jean-Paul Mi-gne, Nikolaj Tihonravov, Francesco da Buti17. La vision de saint Paul. . . йtait-elle une њuvre ayant l'accent hйrйtique? Tihonravov nous dit que les hйrйtiques russes du XIVe siиcle, les strigolniks (cmpuголники) dont l'apparition йtait selon des donnйes nouvelles liйe au bogomilisme, avaient une prйdilection pour La vision de saint Paul. . ., parce qu'on y dйcrivait а quelles souffrances йtaient soumis les clercs officiels aux Enfers

-------------------

12"Dante. La Divine comйdie. Trad. de Fiorentino, йd. Verda. Paris, p. 92. "..Dico che ai tutti questi ordini si perderono alquanti tosto che furono creat,. forse in numйro della decima parte, alla qualle restaurare fu l'umana natura poi creata." — II Convivo, trait. II, cap. VI, p. 113, 114; . . . E vedea che parean pioggia di manna !! Gli angeli chetfornavan suso in cielo." — Vita Nuova, canzone II p. 39 (Dantis Alagherii Opйra Omnia. II. Leipzig, 1921).

14 Тайната книга. — In: Ангелов, Д., Б. Примов, Г.Батаклиев. Богомилството в България, Византия и Западна Европа в извори, София, 1967,с. 100.

15 Discours polйmique contre les bogomiles bosniens (patarins). — In: Ibidem, p. 221.

16 Българската литература и книжнина през XIII век. София, 1987. Voilа un passage en guise de comparaison. Dieu dit: "Ne fais pas cela, Michel, mais agis de la sorte que je te dis — je lui ai donnй douze puissances, фte-lui cinq puissances, laisse-lui sept." Alors Michel leva son epйe meurtriиre et le frappa juste sur la tкte; et le malin tomba, le perfide Satanael n'y pouvait rien faire, et il fut renversй dans la nuit йternelle^confus, dйpouillй, devenu prisonnier comme il l'avait bien mйritй" (p. 155).

17 Sismanov partage ce point de vue (Op. cit., p. XX). L'argumentation la plus approfondie est peut-кtre celle de B. Nardi. Celui-ci est persuadй que la ressemblance de la descente de Virgile et de Dante en Enfer avec le livre VI de l'Enйide et avec La vision de saint Paul, appelйe encore \'Ap-calypse de Paul, est hors de discussions. On trouve la preuve que Dante connaissвt l'apocryphe dans le fait que nombre de rйdactions latines de la Visio Paoli et "diverses traductions en langue populaire" circulaient au Moyen вge (N a r cl i, B. Dante e la. cultura mйdiйvale. Bari, 1942, p. 284).

69


— а partir de l'йvкque jusqu'au chanoine18. De mкme, Ivan Sismanov traite l'apocryphe non simplement comme une piиce de la littйrature canonique mais le situe dans le corps fondamental de la littйrature bogomile bulgare, transportй en Occident.

Nous abordons une discussion principale entre les bogomiles (les cathares) et l'Eg-lise (orthodoxe et catholique) sur la signification sociale, ajoutons idйologique, de l'En-fer. Selon l'Eglise, l'Enfer est la place la plus horrible, la fin de l'existence, la mort йternelle. D'aprиs la logique de nos ,,bougres", l'Enfer n'a pas raison d'кtre. Vivre dans le monde matйriel (cette chute des вmes) qui est possession de Satan, c'est une vie in-fernale. Couper les liens matйriels, revenir au Ciel auprиs du Pиre, le Dieu bon, voilа le vrai salut de l'вme. Donc, la philosophie bogomile suppose la libйration des pйcheurs, des subjuguйs au pouvoir satanique, а l'exception des dйmons les plus dйpravйs.

Alors l'idйe de descendre dans ce royaume lugubre, de dйcouvrir l'йnorme ,,population" des pйcheurs non repentis, de suivre avec йmotion, parfois avec compassion, leurs drames39 lesquels continuent de s'entremкler avec le monde des vivants — cette idйe contient la coloration, porte l'haleine de la dйsobйdience hйrйtique. Il y a un retour momentanй des damnйs, dans la vie, les liens entre le sous-sol et la surface ne sont pas coupйs. Une conclusion s'impose: pour йdifier une vision plus large du monde, pour construire un univers sans restrictions, Dante recourt а la poйtique de l'hйrйsie.

Le poиte fait preuve de cette orientation et par son intйrкt envers un autre apocryphe bogomile — l'Evangile de Nicodиme. Dans cette њuvre on rejette l'image du Jugement dernier. Si nous reprenons le thиme du rфle oppressif attribuй par l'Eglise mйdiйvale а l'Enfer, il faudrait le complйter par une autre scиne prйsomptueuse, celle du Jugement dernier. Les rebelles, les rйfractaires, la quantitй non nйgligeable des gens dйclassйs, les йlans de la pensйe libre йtaient menacйs par le mythe du Jugement. Celui qui n'obйit pas а l'ordre divin, c'est-а-dire l'ordre fйodal, serait condamnй par le juge suprкme — Jйsus-Christ. L'вme insoumise sera jetйe dans le feu infernal, plongйe dans des souffrances indicibles.

Par son origine, l'Evangile de Nicodиme est un texte du IVe siиcle. Certains histo-riens remarquent qu'а l'йpoque ancienne il aurait йtй lu dans les йglises comme un ouv-rage йdifiant. Cet йvangile embrasse les problиmes йternels: l'homme et le pouvoir, le pou-voir devant le choix de l'esprit, le pouvoir et la vйritй, le fanatisme avide du pouvoir cont-re le vrai sacrifice moral — en bref, c'est l'histoire de Jйsus jugй par Pilate sous les instigations des pharisiens. Probablement, en sortant de la situation de ce Jйsus inju-stement mis а la peine, et en mettant en relief sa vocation de Sauveur, les bogomiles ont attribuй une valeur nouvelle а la deuxiиme partie de l'apocryphe, consacrйe а la descen-te de Jйsus aux Enfers. Jйsus dйtruira les murs et la porte d'airain aux verrous de fer, „Il est tellement puissant dans son humanitй"20, qu'il libйrera toutes les вmes: les вmes des patriarches non baptisйs et les вmes de tous les damnйs. La juridiction de l'Eglise fйodale est renversйe. L'autoritй qui provient de la peur dй l'interdit papal ou de l'ana-thиme йpiscopale est annulйe.

Le clergй de cette йpoque dйclarait Jйsus juge impitoyable, lui assignant indirec-tement le rфle du chef de l'institution punitive, tandis que les bogomiles et les catha-res insistaient qu'il aimait tous les hommes sans prйfйrance, qu'il n'йtait pas le fondateur du Jugement mais son nйgateur, son destructeur. Cette ,,exйgиse" est corroborйe en dйtails par Jean

---------------

18 Тихонравов, Н. Сочиненiя I. Древняя русская литература. Москва, 1898, с.204.

19 L. G i 1 1 e t (Dante. Paris, 1941, p. 170) parle d'un ton catйgorique du pardon des pйchйs, exprimй implicitement par Dante:". . . . une absence totale de pharisaпsme, cette indulgence (qu'on lui reproche) pour certaines fautes qui sont moins des crimes que des faiblesses (Francesca, Brunetto Latini)".

20 L'Evangile de Nicodиme. — In: M i g n e, J. - P. Dictionnaire des apocryphes ou collection de tous les livres apocryphes. II. Paris, 1856, col.1125. D'aprиs Migne, la propagation de cet ouvrage (en latin) en Europe occidentale se produit aprиs le Xe siиcle, ce qui coпncide avec la pйnйtration bogomile en Occident. Une preuve indirecte mais importante du caractиre hйrйtique de cet йvangile est le fait qu'il йtait admirй et traduit en anglais par W i c 1 i f f, J. — In: Dictionnaire des apocryphes, II, col. 1096, note 2322. N. Osokin, а son tour, souligne l'esprit bogomile de l'Evangile de Nicodиme (Осокинъ, Н. Исторiя альбигоцевъ и их времени. I. Казань, 1969, с.136).

70


Guiraud qui donne des exemples comment les cathares citaient quelques textes du Nouveau Testament pour prouver par la parole-mкme de Jйsus ,,que le Fils de l'homme n'est pas venu pour faire pйrir les вmes mais pour les sauver" (Luc — IX, 56; Math. — XV, 24; XVIII, 11). ,,Les hйrйtiques — continue Guiraud — concluaient que le Christ devait ramener, а la fin, toutes les brebis au Ciel omnem ovem reduxit, et qu'ain-si, toutes les вmes йgarйes seraient un jour sauvйes."21

Ce retour cйleste, hйritй du gnosticisme, avait reзu l'empreinte d'un collectivisme, d'un йgalitarisme. La thйologie bogomile a йtй plusieurs fois affectйe par l'idйe de l'йquitй sociale d'ici-bas, dans la vie terrestre. La thйologie cиde la place а une approche sociologique. Or, il y a des moments oщ on peut parler d'une fureur presque jacobine: ,,Un croy-ant de la secte dit un jour que s'il savait que Dieu ne sauve pas toutes les вmes, il dйchirerait ce Dieu perfide, s'il pouvait le. tenir entre ses mains."22 Ces dispositions et sentiments sociaux nouveaux exprimaient une aspiration spontannйe de l'homme а expliquer autant que possible lui-mкme son кtre et son existence, а faire son choix moral et social sans consulter une instance ..supйrieure". Un homme sans peur de l'Enfer, sans l'obligation de courber la tкte, pouvait se confier а sa pensйe libйrйe. C'йtait un йveil qui annonзait la Renaissance.

J.-P. Migne et M. Gaster28 indiquent que Dante fait allusion а la descente du Christ aux Enfers ,,et d'une maniиre qui montre qu'il connaissait les lйgendes qu'а rйunies l'auteur de l'Evangile de Nicodиme"24. Voilа cette citation de l'Enfer (chant XII): ,,Sa-che donc, que la premiиre fois que je descendis au fond de l'Enfer, ce rocher ne s'йtait pas encore йcroulй; mais peu de temps, si je ne me trompe — avant l'arrivйe de Celui qui ravit а Dite la grande proie du premier cercle, cette vallйe horrible et profonde trembla de. toutes parts, et je crus que l'univers tressaillait d'amour, ce qui a fait penser а quelques-uns que le monde avait йtй plus d'une fois replongй dans le chaos."

Alors comment le contact concret entre le. poиte et les apocryphes pourrait-il se produire? Nous allons йvoquer trois opinions diffйrentes qui prйsentent les points de vue principaux sur ce point. Le premier dit que Dante aurait йtй influencй par des lй-gendes irlandaises religieuses (Le purgatoire de saint Patrice, La vision de Tundal, dont la dйrivйe en Italie est la lйgende du moine Albйric). Cette explication qui provient d'Oza-nam dйsigne des sujets simplifiйs, sans dramatisme et sans envergure. Et encore cette hypothиse n'a-t-elle pas trouvй des preuves rйelles. Un connaisseur de Dante — I. Goleniscev-Kutuzov — croit que l'image des anges dйchus est puisйe dans les йcrits de Bernard de Clairevoix et de Bonaventure. Mais ce sont des emprunts partiels de la foi cathare, les lambeaux que l'abbй de Clairevoix et le Docteur sйraphique avaient assi-milйs pour amйliorer leur propagande antihйrйtique, autrement ils n'ont jamais en-trepris une narration intйgrale des mythes cathares. Bruno Nardi est plus prйcis quand il remarque que certains thйologiens catholiques avaient utilisй le fragment qui dit que le genre humain devrait remplacer les anges destituйs, tout en ajoutant que c'йtait au fond une idйe du gnosticisme alexandrin25. On sait que le vйhicule principal de ce type de gnosticisme pendant le Moyen вge йtaient le bogomilisme et le catharisme. Il ne nous reste rien d'autre que de nous mettre en accord avec Louis Gillet qui йcrit: ,,0n le voit, cet examen est а peu prиs stйrile. Ni dans les fables classiques, ni dans les lйgendes chrй-tiennes on ne rencontre un seul trait qui ait servi а Dante."26

---------------

21 Guiraud, J. Cartulaire de Notre Dame de Prouilles prйcйdй d'une йtude, sur l'Albigйisme languedocien au XIle et au XIIIe siиcles. I. Paris, 1907, p. XII; cf. S c h m i d t, C. Op. cit., II, p. 29.

32 Schmidt, C. Op. cit., II, p. 39, note 2.

23 G a s t e r, M. Ilchester Lecture on Greeko-Slavonic Literature (and Its Relation to thй Folklore of Europe during thй Middie Ages). London, 1887, p. 35.

" M i g n e, J.-P. Op. cit., I, col. 1100, note 2325.

25 N a r d i, B. Op. cit., p. 242.

26 G i 1 1 e t, L. Op. cit., p. 76. Cet auteur indique une autre prйfйrence non argumentйe — l'Islam. Sortant du rфle de l'averroпsme, il essaye de dйcouvrir une influence crйatrice de l'Islam sur Dante. Mais il se contredit quand il passe а l'йtude concrиte: les "lйgendes orientales" de saint Eustache, de saint Christophe, de Barlaarn et Josaphaat qui, selon lui, sont entre les ferments culturels de ce siиcle, n'ont rien de commun

71


An XIXe siиcle fut exprimйe une opinion plus radicale qui dйpeint l'auteur de la Divine comйdie comme un hйrйtique secret27. Cette opinion devrait кtre abandonnйe par-ce qu'elle semble inadйquate а la vie rйelle d'Alighieri — si compliquйe et agitйe qu'elle fыt; on ne pourrait indiquer un seul cas d'un tel comportement. La voie par laquelle les apocryphes s'introduisent dans le champ visuel du jeune Dante est plus prosaпque, elle touche un phйnomиne de ,,mass-culture" de cette йpoque. Il est question de la fa-meuse collection hagiographique La Lйgende dorйe. Composйe par le dominicain Jac-ques de Voragine (Iacopo du village italien Varazze, prиs de Gкnes, 1228-1298), cette њuvre est devenue une lecture trиs populaire et a subi une dissйmination large par co-pies manuscrites. Iacopo reconnaоt lui-mкme qu'il s'йtait servi partiellement ou par-fois presque entiиrement, de sources diverses: des mйlanges des historiens romains, des ouvrages des Pиres de l'Eglise, des vies des saints dйjа connues, et ce qui est le plus important pour notre йtude — des apocryphes. Ce matйriel йtait recueilli dans plusieurs monastиres et bibliothиques, puisque le dominicain ne savait ni la langue grecque ni la langue hйbraпque. Par consйquent, la langue de La Lйgende dorйe est un latin mйdiйval, pas trиs exquis. Le sort historique de ce livre est assez complexe. On lui assignait une tвche idйologique; en effet, il a jouй un rфle culturel inattendu. Suivons de plus prиs ce dйcalage.

Thйodore de Wyzewa, auteur et йditeur catholique du XXe siиcle, tend а persuader le public que "la Lйgende dorйe est plus qu'une rapsode ou mйlange incohйrent" que le bienheureux Iacopo mйrite d'кtre appelй son auteur, qu'enfin cette њuvre, ,,une source inйpuisable d'idйal pour la chrйtientй", est le signe d'une renaissance chrйtienne, commencйe en Italie au XIIe siиcle28. Il reste de voir comment la matiиre du livre se rapporte а cette liste d'aspirations. Dans ce recueil, on pourrait dйlimiter en principe trois couches. Le premier contient des vies des premiers saints, des lйgendes du Christ, des biographies des apфtres ou des louanges au sujet des personnages cathol-ques canonisйs. Ces textes qui se distinguent par un ton pieux et naпf, sont. parfois char-gйs d'accusations contre les hйrйtiques. Il est bien comprйhensible que ce fond ait йtй critiquй sans beaucoup d'йgards par Luther, Vives, par le "dйnicheur des saints" Jean de Launoi, par les historiens sйrieux de l'Eglise29.

La deuxiиme couche renferme une certaine valeur cognitive pour les gens de cette йpoque йloignйe. A cфtй de la lecture hagiographique, le menu peuple prenait connais-sance des autres pays, йpoques et climats: on pouvait imaginer un peu la vie en Grиce, aux Indes, en Egypte. Emile Mвle, un spйcialiste rйputй de l'art du XIIIe siиcle, ex-plique comment on se faisait une idйe d'histoire et de gйographie avec l'aide de La Lйgende dorйe: ,,L'univers y apparaissait, il est vrai, vague et flottant, dйformй comme dans les vieilles cartes, mais c'йtait pourtant une image de la rйalitй."30

La plus prйcieuse est la troisiиme couche, celle des apocryphes. Elle renferme des йpisodes d'une rare poйsie, elle pose des questions gnostiques sur l'existence humaine, sur la prйdestination de l'homme. Il est temps de voir d'oщ, de quelle littйrature, de quel-le renaissance elles ont йtй puisйes. Nikolay Osokin et d'autres historiens notent que l'ex-

----------------

 avec l'Islam. En outre, il caractйrise le XIIIe siиcle comme "un siиcle des Vaudois, des Cathares, des Patarins, traversй de mille sectes d'Humilates et de Flagellants qui croyaient trouver le bonheur dans l'Evangile de la pauvretй" (c.127-128).

27 F. Aroux a йcrit deux brochures d'un titre expressif: "Dante, rйvolutionnaire, hйrйtique et socialiste" (1854) et ,,Clef de la comйdie anticatholique de Dante Alighieri, pasteur de l'Eglise albigeoise de la ville de Florence. . ." (1856). Citй d'aprиs: R o u g e m o n t, D. de. L'Amour et l'Occident. Paris (1939), 1970, p. 282.

28 W y z e w a, T. de. Introduction de La Lйgende dorйe (traduite du latin par T. de Wyzewa d'aprиs les plus anciens manuscrits). Paris, 1920, p. II, XV, XVIII.

29 Voilа un point de vue venue de Православния богословская энциклопедия (VI. Санкт-Птербургъ, 1905, с.159): "Sans connaissance de la langue grecque ni de la langue bйbraпque il entreprenait une йtymologie bizarre dans le but d'expliquer le nom de chaque saint. . . Aujourd'hui mкme La Lйgende dorйe reste une source primordiale pour l'йtude des superstitions moyenвgeuses, pour comprendre les poиtes et les chroniqueurs de cette йpoque."

30 M a 1 e, E. L'art religieux au XIIIe siиcle en France. Paris, 1919, p. 323.

72


pansion extraordinaire de la doctrine bogomilo-cathare en Italie du Nord et en France du Sud avait surpris l'Eglise. Cette derniиre йtait mal prйparйe pour confronter cette concurrence spirituelle et intellectuelle. La plupart du clergй йtaient des gens bornйs, souvent des ignorants, leur corruption et fainйantise йtaient devenues proverbiales. Cette situation dйplorable se lit dans des lettres colйreuses d'Innocent III. Les liturgies йtaient cйlйbrйes en latin, langue dйjа incomprйhensible pour ces peuples. De plus, il n'йtait pas permis a un laпc de possйder son exemplaire de la Bible. Il pouvait avoir а sa disposition seulement des extraits ou des livres de priиres (C. Schmidt).

La comparaison йtait nettement dйfavorable pour l'Eglise. D'un cфtй, йtaient les clercs munis d'une rйserve limitйe du latin — йtranger et d'une mince connaissance de l'office; de l'autre cфtй, leurs adversaires йtaient les hйrйtiques, cette "intelligentsia du Sud"31. Ils йtaient une avant-garde culturelle en Bulgarie aussi bien qu'en Russie. Les bogomiles, les cathares, les strigolniks possйdaient et produisaient une littйrature riche, ils organisaient, on peut dire, l'instruction publique avec des йcoles gratuites en Bulgarie, en Provence. Le tableau de cette activitй est impressionnant. Dimitаr Mishev, historien bulgare, dйcrit les bogomiles comme des gens lettrйs, soutenant une йcole dans chaque communautй plus grande. Il trouve que, de cette faзon, ils avaient sйrieusement contribuй au dйveloppement des lettres bulgares32. Stйphane Guйorguiev dans sa thиse sur le bogomilisme confirme ce fait: dans chaque commune il y avait une йcole rйglementaire. Et l'auteur ajoute: ,,Ils travaillaient avec une ardeur tout а fait extraordinaire dans la littйrature et adoraient la lecture."33 Jean Guiraud, dans son йtude, avance des faits documentйs comment, les "parfaits" attiraient des orphelins, des enfants douйs, des enfants des nobles pour les instruire dans une sorte d'internat34. Arno Borst constate que les йcoles cathares avaient dйlaissй leur aspect initial religieux et s'йtaient mises а "dispenser une йducation culturelle"36, en guidant les enfants des propriйtaires fйodaux vers des disciplines scientifiques.

On devrait reconnaоtre au bogomilisme et au catharisme un apport plus fondamental. Alexandre Klibanov leur attribue le rфle du canal le plus important de communication culturelle transrйgionale pendant le Moyen вge36. Les anathиmes contre les bogomiles dans le Synodikon de tsar Boril (1211), les accusent d'avoir fait. usage ,,des sciences hellйnistiques" et des ,,idйes platoniciennes"37. C. Schmidt indique que les cathares citaient le principe des contradictions d'Aristote. Schmidt est persuadй, aprиs avoir analysй l'origine des noms Collant et Callibant (les deux йpouses de Lucifer), que ce sont des emprunt;', de la langue hйbraпque38. Cela veut dire qu'un nombre des "parfaits" connaissaient les langues anciennes, qu'ils йtaient des porteurs de la culture ancienne. L'observation la plus impressionnante de Schmidt est que les cathares de Provence avaient composй une encyclopйdie philosophique — Perpendiculum. scientiarum. N. Oso-kin, а son tour, indique que les йcrits de ces hommes les caractйrisent comme des docteurs savants, versйs dans la philosophie de la Grиce antique, dans la philosophie arabe nouvelle, ainsi que dans la scolastiqiie catholique.

Un autre tйmoignage du niveau intellectuel trиs йlevй des hйrйtiques est prйsentй par N. Tihonravov qui cite la lettre de Genadij, йvoque de Novgorod, adressйe а l'archevкque de la ville

----------------

310сокинъ, h. Op. cit., I, p. 224.

32 Mишевъ, Д. България в миналото. София, 1916, c. 70.

33 G n й o r g u i e v, S t. Les Bogomiles et prеsbyter Kosma. Lausanne, 1920, p. 54. Au temps de sa thиse, SI. Guйorqniev йtait archimandrite de l'Eglise bulgare, puis son exarque.

34 G u i r a il d, J. Op. cit., p. CCLXXVII-CCLXXVIII.

35 B o r s t, A. Les Cathares. Paris, 1978, p. 93; voir aussi 310сокинъ, h. Op. cit., I, p . 90.

36 Клибанов, А. Богомилството като световно явление (разговор с В. Велчев и К. Мечев). - Проблеми на културата, 1981, №1, с. 99.

37 Partant de ce fait, V. Skodrov propose, l'hypothиse selon laquelle la culture bowmilo-cathare aurait transmis la cosmologie d'Aristote а l'Universitй de Paris avant 1'averroпsme: Шкодров, В. Космологията на Аристотел, богомилската ерес и Парижкият университет. - Проблеми на културата, 1987, №5

38 S c h m i d t, C. Op. cit., II, p. 13, 15.

73


chevкque de la ville de Rostov — Joasat (au mois de fйvrier, l'an 1489). Dans ce mes-sage, Genadij reconnaissait que les strigolniks possйdaient des livres que les orthodo-xes n'avaient pas ou ne connaissaient point". Pour surmonter ce retard, l'йvкque deman-de: ,,Avez-vous donc а Kirilovo, ou а Farofontov, ou а Kamennoj39, les livres suivants:

Sylvestre, pape romain et Athanase d'Alexandrie; et le traitй de Kosma, le presbytиre, concernant l'hйrйsie nouvellement nйe des bogomiles; et l'Epоtre du patriarche Pho-tius а Boris, roi des Bulgares; et le livre des Rois; et la Sagesse; et Mйnandre; et Jйsus, fils deCirach; et la Logique; et Denys l'Arйopagite. Parce que tous ces livres, on les trou-ve chez les hйrйtiques."40 Et finalement la conclusion de Tihonravov que ,,peu йtaient les clercs orthodoxes, capables de rivaliser avec les nouveaux libre-penseurs"41.

Les mкmes problиmes se posaient devant le dominicain Jacques de Voragine et il avait choisi une solution analogue4". Sur le modиle de la littйrature hйrйtique, il avait fait ,,une tentative de vulgarisation, de laпcisation" de la science religieuse"43. Sans йprouver des hйsitations, il avait copiй les meilleurs morceaux des livres persйcutйs en essayant naturellement de leur imposer une rйdaction catholique. En outre la chasse impitoyable et les exйcutions de masse, les cathares devaient subir une usurpation de leur њuvre.

Cependant, la culture possиde sa dialectique propre. On ne peut pas s'engager dans ses йlйments sans risquer bientфt de tomber sous leur pouvoir moral, sous leur en-voыtement. La poйsie йtonnante, le feu intйrieur des apocryphes avaient poussй Jac-ques de Voragine а йcrire les lignes suivantes: ,,0r, l'histoire de l'inventation de la Sain-te Croix, telle qu'on la lit dans les histoires ecclйsiastiques conformes en cela aux croni-ques, paraоt beaucoup plus authentique que celle qu'on, rйcite dans les йglises."44 C'est pourquoi, en recopiant la scиne la plus importante de l'Evangile de Nicodиme — la des-cente de Jйsus aux Enfers, Jacques de Voragine avait йvitй toute coupure ou rйdaction. Il est intйressant de noter que son admiration vise un moment tout а tait bulgare dans La Lйgende dorйe. L'invention de la Sainte Croix n'est pas une histoire ecclйsiastique, son vrai nom est La Lйgende de la Sainte Croix et elle est йcrite par le ,,pope bulgare" Jйrйmie, comme il est dit dans l'indice russe de Pogodin46. L'existence rйelle de. Jйrй-mie est hors de cloute. C'est un йcrivain hйrйtique de la fin du Xe siиcle. Nous pouvons utiliser son њuvre comme un signe indйniable d'une empreinte bulgare encore sur 'Evan-gile de Nicodиme, puisque le chapitre XX de cet apocryphe est tout simplement un frag-ment pris de La Lйgende de la Sainte Croix*6.

--------------

39 Ce sont les noms des monastиres.

40KКазакова, Н., Я. Лурье. Антифеодальные еретическите движения на Руси XIV-начала XVI века. Москва-Ленинград, 1955, с.320

41 Тихонравов, Н. Op. cit., с.с.245-246

42 L'ordre dominicain йtait, а cette йpoque, le facteur principal de l'inquisition. Peut-кtre pour se dйbarasser de sa triste rйputation et pour s'intellectualiser , l'ordre avait dйcidй l'йlaboration de ce livre. L'engagement idйologique dominicain se manifeste dans un remaniement de l'apocryphe L'Ap-calypse de Marie (la descente de Marie aux Enfers) oщ Marie, en obйissant а la plume de Iacopo, appelle Dominique son champion.

41 W y ze wa, T. de. Op. cit., p. XVI.

44 La Lйgende dorйe. Trad. de J.-B. M. Rosй. 1. Paris, 1967, p. 347. Comme cette phrase ne figure pas dans la traduction de T. de Wyzewa (il prйvient le lecteur qu'il avait abrйgй une trentaine de pages), nous nous sommes servis de la traduction de J.-B. M. Rosй, historien de la littйrature russe.

45 Le pope Jйrйmie est accusй dans quelques indices moyenвgeux russes ..d'avoir йcrit et menti "au sujet de la Sainte Croix, de la Sainte Trinitй et du Christ qui avait labourй la terre avec une charrue".

46 A. Veselovski semble кtre le premier qui attire l'attention sur ce fait dans son excellent article ,,Les poиtes vagabonds kaliki et les voyageurs bogomiles" (voir Веселовский, А. Калики перехожие и богомильские странники. - Вестник Европы. II, с. 693). Il est appuyй par M. Gaster: .."La Lйgende de la Croix en sa forme la plus simple fait part de l'Evangile apocryphe de Nicodиme. Elle a йtй souvent mise en vers. On peut trouver chez Dante des rйfйrences а son sujet" (Gaster, M. Op. cit., p. 35). Les cathares provenзaux, tout comme les bogomiles bulgares, avaient une prйdilection pour l'Evangile de Nicodиme. Migne parle d'une traduction en langue d'oc (en vers), publiйe partiellement par M. R a y n o u a r d (Lexique romane, I, 1838). Migne indique des imitations en vieux franзais — Op. cit., col. 1097, 1099.

74


 

Ainsi donc le rфle culturel et social de La Lйgende dorйe n'est pas tel qu'on s'y at-tendait au temps de sa compilation. Au lieu de contribuer а l'affaiblissement des hйrйsies, le recueil est devenu plutфt un vйhicule de la poйtique bogomilo-cathare. La crйation artistique du XIIIe et du XIVe siиcles y cherchait plusieurs fois son inspiration, ses thиmes47. Goleniscev-Kutuzov dessine un lien solide: il trouve que l'auteur de la Divine comйdie avait aimй ce livre et en avait nourri son imagination pendant son enfance48. Voilа donc un point de jonction: des lйgendes bogomiles traduites en latin en Italie et puis compilйes dans la Lйgende dorйe, avaient gagnй l'attention de Dante.

De plus, le poиte lui-mкme rйvиle une autre communication avec la littйrature cathare provenзale. On sait bien qu'il йprouvait une affection envers la poйsie la troubadours, qu'il avait composй des vers en leur langue — le Purgatoire, ch. XXVI, la strophe finale. C'est lа une occasion de souligner des suggestions cathares dans l'oeuvre des troubadours, comme par exemple, PeireCardenal, Gilhem Rainol d'Apt, Hernart Sicart de Marvejols. Parfois ils exprimaient littйralement soit des thиmes dualistes, soit des accusations sйvиres (et justes)49 contre les croisades organisйes par Innocent III et Simon de Monfort. Dante nous aide de passer de la conjecture au fait documentй parce que dans son traitй De vulgari eloquentia il exprime son admiration que dans la littйrature provenзale la Bible est traduite en langue populaire60, que dans cette culture sont accumulйes tant d'autres histoires et doctrines61.

Il est temps de systйmatiser nos observations. Les contacts de Dante avec la littйrature cathare sont indйniables: il est influencй nettement par la poйtique bogomilo-

---------------

L'origine du mot nigaud est liйe а cet apocryphe. T.indis que A. D a u z a t, 0. B 1 o c h et W. Wartburg nous donnent une version plausible а savoir que le nom viendrait de la famille Nicodиme (un pharisien du Nouveau Testament). — Lou trйsor doы felibrige, ou Dictionnaire provenзal-franзais. II. Paris, 1932, p. 407, donne une explication prйcise: le mot est liй avec l'Evangиli de Nicodиme, ancien poиme provenзal. ,,Semblo l'estatuo de Nicodиme" est une expression provenзale qui signifie "il a l'air nigaud", par allusion aux images de Nicodиme qu'on place dans les chapelles du saint sйpulcre, personnage gйnйralement reprйsentй avec la bouche entre-ouverte." Evidemment c'est un symbole. Ni le pouvoir, ni les pharisiens ne pouvaient intimider Nicodиme de profйrer la parole pure" en dйfendant Jйsus. Cependant, le vrai souvenir de cette statuette avait terni au cours du temps et la propagande contre le catharisme avait rйussi а imposer une signification pйjorative а ce nom. On connaоt le processus de changement du sens du mot bougre. Tout d'abord, il signifiait bulgare, mais sous la pression de l'inquisition йtait chargй de significations diffamatoires. Il est intйressant de rappeler que J. Hйbert avait tentй de rйhabiliter le mot bougre sur les pages de ,,Pиre Duchesne".

47 La liste est trиs longue; il est mieux peut-кtre de nous contenter d'un panorama plus bref. T. de \Vyzeva йcrit que Pierro della Francesca, dans les fresques d'Arezzo et Agnolo Gadi, dans celles de Florence, "nous font assister aux aventures diverses du bois de la Sainte Croix". Migne cite une gravure de Lucas de Leyde, reprйsentant le Christ retirant les Patriarches des limbes; le mкme sujet est peint sur les vitraux de Bourges. Il ajoute une composition capitale de Sebastien del Piombo (Musйe de Madrid): un tableau d'A. Bounvicino, dit Moretto, dans la galerie de Florence; des gravures de Martin Schoen, d'Andrй Mantйgna, de Pierre Breughel; encore un chapiteau de l'йglise de saint Nectaire qui reprйsente Jйsus aux Enfers. M. Gaster estime que VEvangile de Nicodиme, de bonne heure traduit en toutes les langues europйennes, surtout avec le fragment de La Lйgende de la Sainte Croix, est d'une grande importance pour la littйrature et la civilisation mondiale (Op. cit., p. 51). Par exemple, Les Passions de Jйsus du thйвtre mйdiйval serait une version tirйe de l'Evangile de Nicodиme. Gottfried a йcrit des poиmes inspirйs de ce thиme, et Calderon — un drame.

48 Голенищев-Кутузов, И. Средновековая латинская литература. Москва, 1972, с.209. Cet auteur n'avait pas йtudiй les hйrйsies du Moyen вge, et traitait La Lйgende dorйe comme une piиce de „!'hagiographie populaire et semi-populaire". A cause de cela, peut-кtre, il n'a pas donne plus d'information.

49 Au sujet de Peire Cardinal, voir la trиs bonne anthologie de N e 1 1 i, R. La poйsie occitane, йdition bilingue. Paris, 1972, p. 65, 71. Nous pourrions citer aussi l'opinion d'Alfred Jeanroy, qui, sans кtre sympathisant des convictions de ces troubadours, confirme que leur langue, le provenзal, йtait porteur de l'esprit hйrйtique (Prйface de l'Anthologie des troubadours, XHe-XIII6 s. Paris, 1974, p. 26).

60 „. . . et sive inventum et ad vulgare prosuicum, saura est: videlicet Biblia. . . et quain plures aliae historiac ac doctrinae". — In : Opйra omnia, II, p. 395.

61 Nous sommes de nouveau sur une trace bulgare. C. S c h m i d t indique que cette traduction de la Bible est faite d'aprиs des copies provenant de la tradition de Cyrille et Mйthode (Op.cit., II, p. 271).

75


 cathare. En ce qui concerne l'aspect social de ce mouvement, Dante se tenait а dis-tance, sa sympathie йtait voilйe. Les idйes politiques du poиte sont prйsentes dans son utopie De monarchia oы il recommande de rйtablir l'empire, romain. Le dйfi qu'il ose lancer а l'Eglise catholique consiste dans sa volontй de voir l'Etat indйpendant du pou-voir ecclйsiastique — "... probatum est auctaritatem Imperii ab Ecclesiae minime dependere''. L'objet primordial de sa critique йtaient les ambitions immodйrйes de l'in-stitut pontifical, ce qui explique que quatre papes ont йtй mis soit directement (Nicolas III et BonifaceVIII) soit ,,par contumace"(ClйmentV et Jean XXII) dans l''Enfer".

Dante n'avait pas l'intention de s'opposer а l'Eglise elle-mкme. Et, par consйquent, quand cette fidйlitй, prend le dessus, son њuvre pвlit. Du point de vue thйologique, 1e Purgatoire et le Paradis sont plus corrects — on y voit l'effort de dйpeindre une йtrein-te reconciliante, mais fausse, entre l'hйrйtique Siger de Brabant et le scolastique Thomas d'Aquin. Seulement l'йcho du compromis social parfois implique un йclectisme dans l'image54.

La civilisation cathare

Le long dialogue du poиte avec les apocryphes bogomilo-cathares nous mиne vers un horizon plus vaste. L'йmanation crйatrice de la culture bogomilo-cathare obtient d'autres dimensions — elle dйbouchait sur une civilisation nouvelle. Le bogomilisme avait crйй le modиle initial d'une sociйtй йgalitaire, conjuguй avec des intйrкts spirituels55, et avait formй et produit une somme d'oeuvres philosophiques et littйraires qui dйpassait sensiblement le niveau culturel de cette йpoque. La. civilisation provenзale avait matйrialisй sur une grande йchelle ces innovations, elle les avait enrichies et dй-veloppйes, elle avait donnй une nouvelle face а l'histoire de l'Europe.

,,La Provence йtait, au XIIe siиcle, le pays le plus civilisй au sens le plus large de l'Europe chrйtienne" — йcrit Robert Brifоaut56. Nous pourrions esquisser une vue synop-tique de cette civilisation suivant les diverses йtudes et descriptions.

Elle йtait la plus dйveloppйe en Europe du point de vue йconomique. Outre l'ag-riculture, on y trouvait des formes de production et de commerce des temps nouveaux, dont une grande partie se situaient dans le climat de l'activitй cathare. D'ailleurs, l'infrastructure йconomique de la civilisation cathare trouve une analyse dйtaillйe dans le livre de Renй Nelli"57. Non seulement la tisseranderie йtait un mйtier ,,cathare". Les ,,parfaits" organisaient des ateliers de manufacture pour y abriter des veuves, des orphe-lins, pour donner aux pauvres la possibilitй de survivre. Certains des «parfaits" pra-tiquaient l'usure soit pour prкter contre un intйrкt minimal а leurs adhйrents et les aider de cette faзon, soit pour investir dans des entreprises commerciales. Naturellement, ils prкtaient de l'argent aussi aux nobles pour les attirer, pour en faire des protecteurs. Le commerce maritime des villes mйditerranйennes entrait en prospйritй. En bref, len-tement, mais d'une maniиre sыre, cette йconomie affaiblissait les liens fйodaux, prй-

------------------

52 Opйra omnia, II, p. 377.

53 La papautй avait rйagi а son tour. Jean XXII avait condamnй De monarchia (1329) en tant que traitй hйrйtique. En l'an 1554, de monanhiu est incluse clans les index des livres prohibйs. On devait attendre le XIX? siиcle pour que la prohibition suit invalidйe.

54 A. Veselovski (Op. cit., 700-701) indique qu'au chant XXXII du Purgatoire, Dante avait empruntй des images de La Lйgende de la Sainte Croix ( .le les entendis tous qui murmuraient:

— Adam! puis il s entourиrent un arhre dйpouillй de fleurs et de feuillage en chacun de ses rameaux. . .").

Mais la couleur vive et le dramatisme de l'apocryphe se sont efоacйs puisque l'effort central du poиte est de rйussir а une pacification difficile entre trois principes: Jйsus avec ses exigences morales, l'Eglise catholique et ses dйfauts, et l'Empire romain. Le tableau est surcompliquй, il devient un rйbus de symboles dont le dйchiffrement entraоne des commentaires spйcialisйs.

55 Sous ..intйrкts spirituels" nous comprenons ici les aspirations а la connaissance, а la littйrature, а la recherche morale.

56 B r i f f a u t, R. Les troubadours et le sentiment romanesque. Paris, 1945, p. 113

67 N e 1 1 i, R. La vie quotidienne des cathares du Languйdoc au XIIIe s. Paris, 1969, ch. VI

76


 

paraоt une nouvelle condition sociale de l'homme du Moyen вge — celui-ci devenait indйpendant, actif, libre dans ses dйcisions.

Un terrain particuliиrement favorable qui permettait l'apparition des interactions politiques d'un type beaucoup plus libйral, йtait la tradition communale dans les villes. Les communes йtaient des mйcanismes sociaux trиs forts avec leurs conseils, leur magistrature et leur milice. Les grandes communes de Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nоmes, Arles, agissaient "dans la. plйnitude des libertйs municipales. Toulouse, sous le sceptre lйger de son comte, йtait une vйritable rйpublique"'5''. Et si Arno Borst traite l'йconomie cathare comme un "capitalisme prйcoce", il faut dire que l'йgalitarisme du mouvement bogomilo-cathare se mariait parfaitement а cet esprit communal et, par consйquent, ses institutions obtenaient un caractиre moderne et sociale. L'aristocratie du Sud acceptait les changements puisque le dynamisme, йconomique la pourvoyait d'un mode de vie plus riche, plus cultivй. Elle gardait la fonction de prйsenter le pays face aux autres puissances et malgrй certaines hйsitations participait activement а la rйsistance contre les envahisseurs.

La. culture recevait un prestige inconnu. Dans la civilisation provenзale se dessinaient dйjа ses propres innovations. Pour la premiиre fois, sa vaste culture embrassait toutes les valeurs disponibles de cette part de l'њcumиne, sans exclure ou abandonner aucune de ces valeurs pour des motifs dogmatiques. La poйsie arabe et la philosophie judaпque y trouvaient leur place. Ce tableau de. la culture pleinement constituйe dйpassait les bornes de la religion. Cette somme culturelle devenait la base d'une libertй de conscience, si apprйhendйe crainte des pontifs59. On considйrait la poйsie comme une rйalisation sociale de haute qualitй. La renommйe des troubadours йgalait celle de l'aristocratie.

Il y a un autre point important. Les bogomiles et le cathares, suivant leur rigorisme, lequel йvitait toutes les ,,dйviances" de la vie rйelle, conservaient l'ascйtisme comme dignitй fondamentale. Cela veut dire qu'ils avanзaient une idйe d'abnйgation, y compris de certaines activitйs jugйes trop mondaines. En mкme temps il est vrai que les "parfaits" permettaient а leurs "слоушатели" (credenies) de mener une vie normale et qu'ils ont su opposer les occupations et les vertus culturelles aux vertus militaires (D. Mishev, St. Georgiev). Le processus d'йlaboration d'une conception nouvelle de l'homme prenait sa forme dйcisive en Provence. Cette image positive de l'homme qui jouit sans restrictions de ses capacitйs, йtait exprimйe par le mot paratge qui signifiait: ,,honneur, droiture, йgalitй, nйgation du droit du plus fort, respect de la personne humaine pour soi et pour les autres. Le paratge s'applique dans tous les domaines: politique, religieux, sentimental''.

Comment appeler cette prise d'une conscience nouvelle, cet йlan vers la crйation, cette animation culturelle qui atteignait presque toutes les couches sociales: la population des villes, les nobles et mкmes les paysans? F. Niel le qualifie comme l'йtat de l'esprit qui "arrivera а se montrer quelques siиcles plus tard, а la Renaissance"61. R. Briffaut reprend cette thиse et la complиte par l'ombre pesante de la future tragйdie: "..D'une part, perзant la nuit de cinq siиcles, l'aube d'un вge nouveau annonзait la Renaissance; d'autre part, l'Eglise du Moyen вge, soutenue par la France des croisades, et de saint Bernard et de saint Louis, voyait dans ses premiиres blancheurs une menace de sa puissance."62

----------------------------

58Gebhart, E. Les origines de la Renaissance en Italie. Paris, 1879, p. 5.

59Иванов, К. Трубадуры, труверы и минизингеры. Санкт-Петербургъ, 1909, с.46

60 .Niе1, F. Albigeois et cathares. Paris, 1955, p. 67.

61 Ibidem.

62 B r i f f a u t, R. Op. cit., p. 116.

77


Peut-кtre qu'un lecteur d'une perception plus critique fera l'objection que cette attention а l'йgard de la civilisation provenзale provient de ceux qui sympathisent а ce phйnomиne, et qu'un esprit plus distant, voire opposй, en aurait donnй une autre йvaluation. Alors auditor altera pars. Emile Gebhart partage le ton dйsapprobateur des historiens catholiques. Pourtant, aprиs avoir reprochй au Midi sa "conscience troublйe" et sa ,,raison encore enfantine", il se demande: ,,si le Midi provenзal n'avait point йtй йcrasй par la croisade albigeiose, aurait-il, grвce а la vivacitй et а l'ardeur de son gйnie ... pu devancer l'Italie dans l'enfantement de la Renaissance."63

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

63Gebhart, E. Op. cit., p. 3.

78

 

1 <<retour